Molécule Eden

« Observant tout d’abord que le corps de la terre et l’onde, les souffles légers de l’air et les vapeurs
brûlantes dont nous voyons formé l’ensemble de ce monde, ont tous un corps sujet à naître et à mourir, pensons qu’il en est ainsi pour la nature du monde puisque tout composé dont les parties
et les membres sont matières naissantes et figures mortelles, nous apparaît soumis à la mort et
à la naissance. »
Lucrèce – De la nature – extrait du livre V